LBV-2016/ PARIS-2017

Actualité
Au regard de ce énième épisode de ralliement de membres de l’opposition au régime Bongo, il nous parait archi évident, sauf évidemment à ceux qui veulent continuer à nous enfumer encore en disant que la politique de la chaise vide ne paie pas, que rien n’a changé au Gabon dans la manière et la méthode dont le régime entend fonctionner.
En effet, chers lecteurs, quand on regarde autour de soi au Gabon, composer avec ce régime c’est en fait se satisfaire des miettes que l’establishment (pour ne pas les appeler d’un autre nom plus désobligeant) vous abandonne. Par conséquent, quand un Moukagni Iwangou vient nous dire qu’il rejoint le régime « par relent patriotique », c’est simplement une insulte à l’intelligence du peuple Gabonais.
On peut imaginer que les grandes envolées lyriques de Moukagni Iwangou lors des derniers mois, contre le régime, n’avaient que pour objectifs de faire monter les enchères auprès d’Ali Bongo et lui permettre d’obtenir pour son silence et ralliement, un poste rembourré de ministre d’Etat, avec les compensations qui vont avec.
Depuis 1990, on nous fait subir un vieux truc : les opposants carriéristes chauffent le petit peuple qui n’est bon que pour leur servir lors des marches de revendication. Mais quand il faut passer aux choses sérieuses, les opposants vont monnayer leur ralliement chez les Bongo et crachent sur ce même petit peuple.
Chers lecteurs, nous devons être clairs avec les électoralistes et les regarder droit dans les yeux en leur disant que leur petit cinéma n’a que trop duré. Que toute ambigüité ne sera plus tolérée, car vu les précédents que nous ont laissé les opposants, si nous voulons faire des progrès, nous devons refuser d’être utilisé comme marche pieds par des opposants carriéristes.
Généralement, les mentalités commencent à évoluer et on avance. Doucement, mais on avance ; car nous comprenons mieux aujourd’hui où veulent en venir un grand nombre d’individus que se disent de l’opposition.
Le cas Moukagni Iwangou est assez symptomatique de la comédie que jouent certains dans l’opposition. Pour justifier sa transposition, il nous présente l’explication d’un patriotisme passionné. Mais bon, il se fout de qui ?
Chers lecteurs, aux électoralistes nous disons : quand vous viendrez nous parler, faites attention car nous vous voyons tout nu.
On ne lâche rien !
Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *